Cité Inca de Choquequirao

Description

Cité Inca de ChoquequiraoPerchée sur une crête, la cité de Choquequirao se décompose en trois zones majeures. Le site principal, à cheval sur la montagne, est constitué de plusieurs secteurs. Il compte une place principale, appelée Haucaypata, entourée de nombreux bâtiments, maisons, casernes, temples… et surplombant plusieurs terrasses. Un peu plus haut se trouvent les Qolqas, des entrepôts de nourritures à deux étages. Puis au-dessus, la petite place Hanan réservée à la noblesse. C’est dans ce secteur que l’eau arrivait dans la cité, via un petit canal. De l’autre côté de l’Ushnu (la montagne circulaire tronquée) se trouve le quartier des prêtres et leurs maisons. Puis sur le flanc Est de l’Ushnu, en contrebas se trouvent les bâtiments administratifs, appelés Pikiwasi. Les deux autres zones importantes du site sont composées de terrasses, situées de chaque côté du site, un premier très grand en forme de demi-cercle et un second plus petit, mais vertigineux, qui renferme les fameux dessins de lamas en pierres.

Cité Inca de Choquequirao

Histoire

La cité de Choquequirao fut construite sous le règne Pachacútec au XVe siècle, le grand empereur La cité de Choquequirao fut construite au XVe siècle sous le règne de Pachacútec, le grand empereur Inca qui développa et modernisa l’Empire Tahuantinsuyu. Encrée au sommet d’une vallée étroite, la cité aurait servi de centre de contrôle et de surveillance entre les régions des Andes et de l’Amazonie, mais également, comme toutes les cités Incas, de centre religieux régional. Par la suite, la Cordillère Vilcabamba est devenue le bastion de la résistance Inca durant près de 36 ans lorsque les conquistadors prirent le pouvoir à Cusco. La région connut alors des combats acharnés et la cité de Choquequirao servit de base jusqu’à l’époque de l’empereur Manco Inca, qui fut obligé de se replier plus loin dans la cordillère, vers Vitcos et Espíritu Pampa.

Durant les années 1800, deux explorateurs atteignent la cité, mais ce n’est qu’en 1909 qu’elle fut vraiment redécouverte par Hiram Bingham. L’expédition scientifique effectue alors une description détaillée du Choquequirao et une topographie des lieux. A partir de 1970, plusieurs campagnes archéologiques mettront à jour la majeure partie du site de Choquequirao, qui signifie en quechua, le « Berceau d’Or ».

Extrait du Guide Apacheta – Cités Incas de Vilcabamba

Laisser un commentaire

Guide Apacheta